Les ateliers

Mobilité et déplacements métropolitains

Atelier Mobilité et déplacements métropolitains.

Christian Devillers pose la question du bénéfice que Fresnes peut tirer du Grand Paris en cours de constitution. Il rappelle que cette question doit être appréhendée à une échelle supra-communale.

Après une brève présentation de la Métropole du Grand Paris, il resitue chaque Fresnois et chaque métropolitain, dans une double appartenance à un bassin de vie de proximité, là où il vit et travaille, mais aussi à la métropole dans son ensemble. À travers son travail sur la métropole, dans le cadre de l’Atelier international du Grand Paris, l’agence Devillers a pu identifier ces différents bassins de vie. Marie Evo prolonge cette analyse en situant Fresnes à l’intersection de quatre bassins de vie : la vallée scientifique de la Bièvre, Anthony-Massy- Les Ulis, pôle d’Orly, Ivry-Vitry-Créteil. Fresnes est en relation forte avec eux, compte tenu des flux importants d’actifs qui entrent et sortent de la commune. Marie Evo prolonge ce constat par la présentation d’un travail analytique sur les conditions d’accès en voiture et en transports en commun depuis cinq quartiers de Fresnes vers les grands pôles d’emploi des bassins de vie identifiés.
L’importance des flux entrants et sortants de Fresnes est supportée par des infra- structures efficaces comme le RER et le TVM (Trans-Val-de-Marne). Cependant, certaines fragilités du réseau existant sont rappelées :
- les trajets piétons depuis le domicile vers les arrêts du TVM peuvent être très longs. Ces cheminements méritent donc d’être valorisés ;
- en fonction du bassin de vie, les transports en commun sont plus ou moins efficaces et rapides.
Pour conclure, Marie Evo rappelle que le Grand Paris Express n’a pas de station prévue sur la commune de Fresnes. Cependant, le TVM assurant une liaison est-ouest rapide et fiable, il serait intéressant de réfléchir à une liaison nord-sud de même nature qui connecterait la ville de Fresnes au futur réseau du Grand Paris Express.
Interventions du public
Les réactions à cette présentation concernent en premier lieu les transports existants – comme le bus 187 – et leur intégration dans la réflexion globale concernant les déplacements. La question de l’inconfort des déplacements à vélo au sein de la commune est soulevée. Elle pointe notamment l’inadaptation du réseau cyclable à la topographie communale. Un dernier intervenant regrette l’insuffisante prise en considération, selon lui, de la perception des habitants à cette phase du diagnostic.