Bien comprendre le projet

La maison des projet.

Cette nouvelle phase de concertation vient à la suite d’une première qui s’est écoulée sur 9 mois, dense en rencontres de diverses natures. Lors de la première phase, plus d’une dizaine de rendez-vous ont été organisés : présentation sur stand Fresnes 2030 lors du forum des associations, réunion publique ici même en octobre, 3 ateliers thématiques.

La qualité de restitution n’a pas été en reste avec un grand cahier reprenant les débats de façon exhaustive distribués au mois de février, diverses présentations et une exposition durant deux mois à la bibliothèque municipale. Cette première phase a particulièrement mis en lumière les besoins exprimés par les Fresnois et ce qui manifeste notamment la volonté de la ville de poursuivre la concertation pour améliorer à la fois la compréhension globale des projets mais aussi associer le plus grand nombre d’habitants aux réflexions opérationnelles.
Lors de cette seconde phase, la volonté de construire une concertation riche n’est pas en reste : réunions publiques, ateliers, conférences thématiques, formations, maison des projets…

La maison des projet.

La réflexion en cours sur l’avenir de la ville passe avant tout par “un processus de concertation pour permettre à chacun de s’exprimer, dans une démarche participative”, remarque justement Maroun El Amarani, adjoint au maire chargé de la démocratie locale.

Cette phase de concertation, qui doit se conclure d’ici mi-2016 est donc une formidable opportunité pour les Fresnois d’échanger sur des thématiques essentielles telles que le logement, les équipements publics, les transports, les espaces verts, le commerce...

Ainsi, c’est dans cet esprit, que le travail des élus et des trois conseils de quartiers prend tout son sens. Pour analyser les périmètres stratégiques retenus par la municipalité, les conseils de quartier n’ont pas ménagé leur effort, ni compté leur temps. C’est à travers le prisme de cinq thèmes (“Vie scolaire et périscolaire”, “Espaces verts et espaces publics”, “Déplacements”, “Habitat” et “Animation dans la ville”) qu’ils ont donc livré et nourri leur réflexion collective.

La maison des projet.

Pour évoquer d’abord le volet éducatif, les participants ont insisté sur l’importance de réfléchir à “l’évolution démographique afin de prévoir la localisation et le dimensionnement des écoles”. Autres propositions : “augmenter les espaces communs dans les futures écoles”, “apporter une offre d’équipements sportifs à proximité des écoles ou encore réhabiliter ou reconstruire des groupes scolaires”.

Quant au thème “Espaces verts et espaces publics”, les représentants des conseils de quartiers ont estimé qu’il était essentiel de “préserver les espaces verts existants, leur aspect naturel, leur superficie, leur propreté ». Pour repenser les déplacements et renforcer les déplacements doux, un large débat a porté sur l’idée « d’améliorer les cheminements piétonniers (trottoirs plus larges et meilleure qualité et arborés)”.

Autre piste retenue lors de ces échanges passionnés et souvent constructifs : “Améliorer le stationnement, prévoir suffisamment de places dans les nouveaux logements et créer des parkings de dissuasion près des gares routières”.

Les conseils de quartiers ont également évoqué la question de l’habitat et précisément la “typologie d’habitat qui favorise l’architecture végétale et mixité sociale jusque dans la cage d’escalier”. Quel est l’objectif démographique de la ville pour
2030 ?

Enfin, pour améliorer le cadre de vie, renforcer l’attractivité et l’image de la commune, plusieurs piste ont émergé de manière récurrente : “Dynamiser les marchés forains et élargir l’offre commerciale de proximité sur la ville”, “créer des évènements dans les quartiers et inter-quartiers avec soutien des initiatives municipales et locales” ou “imaginer de nouveaux lieux de convivialité pour les jeunes”. Autant de propositions et de suggestions nécessaires pour permettre à chacun de se sentir engagé et concerné sur le visage futur de sa commune.

Le choix d’une concertation approfondie avec les Fresnois se justifie notamment par l’importance des projets.
La légitimité d’un projet dépend autant des conditions de son élaboration que de son contenu.